Petite lettre ouverte de Xavier-Laurent Petit

Aller au contenu de la page

Petite lettre ouverte aux (é)lectrices et (é)lecteurs du Prix Bermond-Boquié

XL  Petit 1-resize200x150.jpgChères lectrices, chers lecteurs,
 
Vous avez choisi d’attribuer ce prix à Un monde sauvage, et je tiens à vous en remercier du fond du cœur : sans vous, sans “ses” lecteurs, un livre ne serait qu’un tas de papier inutile ! Mais vous avez aussi piqué ma curiosité d’auteur : qu’est-ce qui vous a attiré dans cette histoire ?…
Est-ce la “sauvagerie” de ces régions ? Je le comprendrais. À plusieurs reprises, j’ai eu l’occasion de voyager dans des contrées assez semblables, si désertes que l’on se sent minuscule au milieu d’une nature toute puissante. Je garde toujours en moi le souvenir du mélange d’admiration et d’inquiétude que j’y ai ressenti.
Est-ce la présence d’un animal aussi impressionnant qu’un tigre ? Cela aussi, je le comprendrais : en Amazonie l’un de mes fils fait un métier très proche de celui de la mère de Felitsa. Le roman lui est dédicacé.
Est-ce l’étrangeté de Pavka ? L’histoire douloureuse de madame Sniejana ? Autre chose encore ?…
Je ne peux, pour l’instant, que faire des suppositions. Mais bien sûr, nous en parlerons au mois d’octobre, lorsque nous nous retrouverons autour de ce livre.
C’est loin ?… Non, pas tant que ça.
Alors… à pas tout à fait bientôt !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres