Péret et ses amis peintres

Aller au contenu de la page

Péret et ses amis peintres

 

Au temps du surréalisme naissant, Benjamin Péret a célébré en poète des peintres dont la peinture est profondément poétique, comme Ernst, Miró ou Tanguy. En illustrant les livres de leur ami d’œuvres originales, les peintres permettent leur publication : en souscrivant, les amateurs pallient le manque de moyens de l’auteur, souvent son propre éditeur. Péret a pratiqué les « métiers du livre », a le goût des beaux papiers, de la typographie, et ne choisit pas n’importe quel complice : Arp, Man Ray, Picasso, Masson, Brauner, Tamayo, Toyen plus tard.
Ses amis peintres le soutiennent dans ses épreuves. Picasso en 1940 pour le sortir de prison. Les autres, à l’instigation de Breton, à son arrivée à Mexico en 1942, avec Remedios ; en 1947 pour son retour en France ; en 1959 quand il est hospitalisé. Trop tard cette fois.

<<< Benjamin Péret et André Breton

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres