Gaby Bazin

Aller au contenu de la page

Interview de Gaby Bazin (Mars 2020)

GBAZIN.png

Gaby Bazin, illustratrice, en résidence à la Bibliothèque municipale durant l’exposition « La fabrique du Père Castor » qui a eu lieu du 30 novembre 2019 au 1er mars 2020, a animé de nombreux ateliers en direction des enfants et des adultes. Elle a invité le public à dessiner, à jouer avec les formes et les couleurs à partir des lettres de l’alphabet.
Elle a publié en 2017 un album aux éditions MeMo, Ecrire c’est dessiner et en 2019 un jeu Coquille en autoédition.
Gaby Bazin témoigne de l’histoire de la naissance de ces deux ouvrages qui ont pour point commun : la lettre :

Gaby Bazin : Coquille et Ecrire c’est dessiner sont nés d’un projet d’études alors que j’étais étudiante aux Arts Déco. Ce projet « Voyage en alphabet » s’est fait tout au long de l’année 2015 avec une classe d’enfants d’âges et de niveaux très différents et qui avaient beaucoup de difficultés d’écriture.
Mon objectif était de travailler avec eux sur des prototypes de jeu ou de livres autour de l’apprentissage de l’écriture. A chaque rencontre, je leur proposais des pistes de jeu de formes, de gestes. J’ai commencé ce travail sur la construction de la lettre : prendre la lettre au niveau typographique, la déconstruire, isoler plusieurs formes et ensuite en inventer d’autres sans forcément coller à l’alphabet classique. Et c’est ainsi qu’est né le jeu Coquille. Au fur et à mesure des réactions des enfants, j’ajustai les  propositions. Au début, on est parti sur du plat puis ce sont les formes en volume qui ont été choisies. J’en ai créé 24 pour offrir plein de possibilités, enrichir le jeu et faciliter le dessin.
Le premier prototype est en chêne et ensuite j’ai utilisé du bouleau. Les formes arrondies sont réalisées avec une fraiseuse numérique et les formes droites directement à la scie circulaire, puis poncées. J’ai fabriqué 15 jeux et j’ai encore la possibilité d’en créer 15, je les fais sur commande, c’est un travail artisanal. Le sac est sérigraphié et le petit manuel qui accompagne le jeu est en risographie en lien avec les couleurs des lettres en volume : nuances de rouge au rose, de bleu foncé au bleu clair et du jaune à l’orange. J’ai choisi le titre Coquille, c’est une expression qui vient de l’argot des typographes. Elle est assez connue : il s’agit d’une lettre qui a été omise dans un mot et qui, souvent, en transforme le sens.
Ecrire c’est dessiner, est né d’une autre piste de recherche. Pendant mes études, j’ai pu découvrir  des manuels d’écriture du 17ème et 18ème siècle et je suis tombée sur des choses très ornementées, des manuels de greffiers, de comptables. Un travail très élaboré sur la lettre qui m’a donné envie de réactualiser ces manuels d’écriture et de construire un pont entre le dessin et l’écriture cursive notamment.
Je suis parti des exercices de dessins pour amener les enfants petit à petit à l’écriture. J’ai pris tout l’alphabet en écriture cursive, minuscules et majuscules et j’ai isolé des gestes. Identifier les mouvements de l’avant-bras, du poignet, de la main pour tracer des ronds, des boucles, des spirales et ainsi je suis arrivée à 7 gestes qui sont en fait les 7 chapitres de l’album. J’ai ajouté une feuille de calque afin de guider les enfants. Je craignais que le décalquage limite le travail des enfants mais au contraire ce procédé leur donne une liberté d’écrire et d’entrer dans le jeu d’écriture par le dessin.
L’écriture est un outil d’expression au même titre que le dessin. L’enfant découvre le plaisir à faire des arabesques, à suivre une ligne, à apprendre des nouvelles figures de dessin. L’album évolue au fil des chapitres, des formes plus simples à celles plus élaborées, selon le niveau des enfants.
Ma résidence à Nantes m’a permis de commencer à travailler sur un nouvel album qui s’inscrira dans la continuité de mes recherches sur les liens entre la lettre et le dessin. Il s’agit d’un abécédaire où les lettres deviennent figuratives. Pour ces compositions graphiques, j’ai choisi plusieurs alphabets dans les collections de caractères en bois du Musée de l’Imprimerie de Nantes. Les tirages réalisés au musée ont été utilisés dans les ateliers dans les écoles de Nantes et ils servent également de point de départ pour les images de ce futur livre.

E-D-.gif

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres