Les Matinées du CBB

Aller au contenu de la page

Le patrimoine jeunesse

Les Matinées du CBB

MCBB-resize200x282.jpg

 

 

 

Une fois par trimestre, des matinées de découverte des collections éditées pour la jeunesse, du début du XXe siècle à nos jours : chaque rencontre est l'occasion de mettre en valeur la permanence et l'évolution constante de la littérature pour les enfants, pour mieux identifier les tendances de la production actuelle.

 

 

 

 

 


Les ouvrages cités peuvent être consultés au Centre Bermond-Boquié.

  • Etienne Delessert, auteur-illustrateur pour la jeunesse (mai 2012) : il appartient à cette avant-garde d’artistes engagés qui recréent le genre du livre d’images pour enfants confiné à de fades et conventionnelles visions du monde.
  • Paul Faucher, bâtisseur du Père Castor 1931-1967 (mars 2012) : extraits de la conférence de Michèle Noret donnée  en mars 2012.
  • Les éditeurs Harlin Quist et Ruy-Vidal (novembre 2011) : duo d’éditeurs, Harlin Quist et Ruy-Vidal vont s’opposer à la littérature conventionnelle et/ou éducative d’après-guerre. Contre l’autorité, ils prônent l’absence de tabous.
  • Des livres, de l'art, des enfants (novembre 2009) : le Centre Bermond-Boquié enrichit régulièrement ses collections de livres d'artistes invitant les enfants, par le biais des formes, des couleurs, du graphisme à entrer dans l'univers de l'art, pour découvrir Munari, Mari, Komagata, Cvach et bien d'autres...
  • Les journaux pour les filles et les garçons du XIXe siècle aux années 60 : généraliste à ses débuts, la presse enfantine se diversifie au XIXe siècle en s'orientant vers des publics de plus en plus ciblés selon les milieux sociaux. On voit apparaître dans le même temps des publications spécifiques aux filles et aux garçons.
  • Pêle-mêle de livres-jeux : au sein de la littérature pour la jeunesse, les albums animés occupent une place significative, ils sont apparus en même temps que les premiers livres pour enfants au tournant du XVIIIe et XIXe siècle. Pourtant, le livre animé est resté longtemps un phénomène marginal. Ces dernières années la production connaît un renouveau. Il suffit d’ouvrir un de ces livres pour que toute une vie s’anime : le lecteur est invité à soulever des caches, déployer des accordéons, tirer sur des languettes… La manipulation modifie le décor, les personnages se mettent en mouvement...
  • L’œil photographique, un nouvel objectif pour l’album jeunesse : la photographie, en réinventant la notion de point de vue, se focalise sur les détails et change notre regard sur le monde. Tour à tour poétique ou hyperréaliste, l'artiste joue avec les formes et les couleurs dans un bel effet de surprise. Laissez-vous séduire !
  • Des princes et des princesses : les princes et les princesses ont jalonné les albums depuis toujours, des héros très contemporains viennent les rejoindre dans les lectures des enfants du XXIe siècle : tous sont là pour faire rêver, imaginer, grandir...
  • Les imagiers : depuis le best-seller du Père-Castor en 1952, les imagiers se sont multipliés. Ils se sont éloignés peu à peu de leur fonction d'apprentissage et sont devenus objets esthétiques, étonnant et séduisant autant les adultes que les enfants à qui ils sont destinés.


 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres